MEET WITH JOSÉ

06/11/2017

José Mourinho.

Il n'est pas nécessaire d'aimer le foot, pour avoir déjà entendu le nom de ce célèbre entraîneur de football portugais.

Il a entraîné au Portugal, en Italie, en Espagne et en Angleterre où il entraîne actuellement l'équipe de Manchester United, après avoir entrainé sur deux périodes différentes celle de Chelsea.

Vous le connaissez sûrement de part sa rivalité perpétuelle avec Pep Guardiola, lorsqu'ils étaient à l'époque respectivement entraineur du Real de Madrid (José) et du FC Barcelone (Pep).

Une véritable nostalgie de cette époque (2010-2012), où les classicos entre le FC Barcelone et le Real de Madrid avaient un goût de paradis tant ils étaient attendus.

Depuis 2016, ils entraînent Manchester United pour José et City pour Pep.Nous avons plaisir à les retrouver non plus en Espagne mais dans le milieu du football anglais.

Sans vouloir offenser José quant à ses qualités d'entraîneur, on notera l'incroyable démarrage de Manchester City en ce début de saison, nous incitant à les imaginer potentiellement en finale de LDC (ligue des champions).

Les citizens consolident leur place en tête du classement de la Premier League, écrasant Arsenal (3-1) hier après-midi, remportant son dixième succès en onze journées de Premier League.


Revenons donc à José et à l'interview qu'il donnait ce week-end pour le journal L'Équipe "Sport & Style".

José Mourinho est un homme qui aime la ponctualité, les costumes Prada, les montres Hublot et l'humour pince-sans-rire (relatif à l'ironie).

Il faut surtout retenir de José son immense amour et passion pour le foot.

Comme le dit Paul Miquel, rédacteur en chef de l'Équipe Sport&Style, José, c'est un homme qu'on aime ou qu'on déteste. Noir ou blanc, il faut choisir.

Sa mauvaise humeur, son arrogance, son regard noir, son élégance sont à prendre ou à laisser.

Quant à son style vestimentaire, c'est noir,gris ou navy ! Le reste, "je n'en veux pas" dit-il. La précision, une qualité qu'on ne peut que lui reconnaître.

Dans cette interview, il explique sa conception d'un bon entraîneur. Il pense qu'il existe de bons footballeurs et de bons entraîneurs, mais ce ne sont pas et ne seront jamais les meilleurs du monde. 

" Les meilleurs sont nés comme ça. Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas bossé, mais ils ne possèdent pas un don naturel ". 

Tels sont ses mots. Je crois qu'il faisait surtout référence à Lionel Messi.

José, pense donc être un entraîneur-né. 

Au début de sa carrière, à l'entame des années 2000, il dit avoir opéré une rupture importante avec ce qui se pratiquait alors. Sa méthodologie fut globale, il concevait les choses différemment, avec des principes, certes simples mais forts.

Pour José, un joueur de foot est d'abord un homme. Il explique également la charge de travail considérable que représente de son travail.


Son rêve ? Reprendre une équipe entrainée par lui-même les cinq dernières années.

" J'aurais aimé arriver au Real Madrid au moment où je l'ai quitté. Le club était prêt à exploser ".

Un tantinet prétentieux José ?


" J'ai cette capacité à ne pas subir la pression ". 

Il explique que le stress lors des rencontres ne l'atteint pas. C'est sa nature, dit-il. Le football, c'est de la bonne pression pas du stress négatif.

" Ma vie sociale est probablement plus stressante que ma vie d'entraîneur ".


José explique aussi à quel point il se considère comme une personne normale, loin de toute notoriété publique. "J'aime prendre un taxi, sortir en short et claquettes acheter des croissants".

Il clôture enfin cette interview en parlant de la valeur du respect. Il dit avoir toujours su respecter les gens. La ponctualité, fait partie à son sens, d'un des exemples du respect vis-à-vis d'autrui.

" Pendant 90 minutes, oui, le foot est un jeu. Avant et après ces 90 minutes fatidiques, le foot est tout et n'importe quoi ".

Une jolie phrase de fin, au sens fort.


 #LEQUIPESPORT&STYLE        #JOSÉMOURINHO

                    Retrouvez l'intégralité de l'interview